Ces sociétés par actions simplifiées, avec plusieurs associés ou un seul dans le cas de la SASU, sont de création assez récente. Dotées de nombreux avantages, elles ont pour but de favoriser la création d’entreprises.

Des avantages pour les associés

La SASU, ou société par actions simplifiée unipersonnelle, se distingue de la SAS, ou société par actions simplifiée, par la présence d’un seul associé, ou actionnaire. Dans les deux cas, aucun capital minimum n’est exigé pour constituer la société. Chaque associé peut se contenter d’apporter un euro. En outre, les associés de la SAS ou de la SASU sont assimilés à des salariés. Il s’agit là d’un avantage notable. En effet, les associés bénéficient de la même protection sociale que celle des salariés affiliés au régime général de la sécurité sociale. La couverture sociale est donc meilleure, en particulier pour le calcul des indemnités journalières. L’assurance vieillesse est également plus avantageuse que celle proposée par le régime des travailleurs indépendants. En outre, si le ou les associés associés ne touchent aucune rémunération, aucune cotisation sociale ne sera prélevée. Ce qui n’est pas le cas des travailleurs indépendants, même en l’absence de rémunération. De la même façon, les associés ne paient pas de cotisations sociales sur les dividendes perçus. Ce régime, une fois de plus, est plus favorable que celui des gérants de Sociétés à responsabilité limitée. La création d’une SASU présente donc un intérêt certain.

Une fiscalité avantageuse

L’associé, ou les associés, ont la faculté d’opter pour une imposition des bénéfices à l’impôt sur le revenu. Ce choix pour le régime des sociétés de personnes est à indiquer, dès le début, de façon claire. A défaut de le faire, la SAS ou la SASU seront soumises à l’impôt sur les sociétés. Par ailleurs, en cas de cession d’actions, la fiscalité des droits d’enregistrement est également avantageuse. Le montant imposable est en effet plafonné à 5000 euros. Dans ce domaine également, la création d’une SASpeut s’avérer judicieuse.

Une gestion souple

Dans les deux cas, les associés, ou actionnaires, bénéficient d’une grande liberté dans la rédaction des statuts de leur société. La souplesse de leur constitution représente un autre avantage notable. En effet, la loi impose peu de contraintes aux associés, qui doivent notamment se doter d’un président. Dans le cas d’une SASU, l’associé unique recevra nécessairement ce titre. A noter d’ailleurs que le président d’une société peut être aussi une personne morale. De plus, la SAS et la SASU n’ont pas, dans de nombreux cas, à soumettre leurs comptes à l’examen d’un commissaire aux comptes. Pour cela, elles doivent respecter certaines conditions, concernant notamment le nombre de salariés et le montant du chiffre d’affaires. Par ailleurs, un président de SAS ou de SASU peut cumuler plusieurs mandats. Il peut ainsi présider aux destinées d’autres SAS ou SASU.