Les spécialités de en droit des assurances sont nombreuses. Elles se déclinent alors en bâtiment, construction, objets d’art, agriculture, réparation automobile, transport aérien, médecine…L’expert dans ce domaine agit immédiatement pour le compte d’un client dans l’intention d’évaluer les dégâts dus à un sinistre et d’en estimer les dommages. Comment faire pour devenir Expert d’assurances ?

Rôle de l’expert d’assurances

L’expert en droit des assurances peut être engagé par un particulier, une compagnie d’assurance, organisme ou entreprise.

Son rôle consiste à

  • effectuer des expertises préalables à la souscription d’un contrat d’assurance,
  • déterminer les coûts des dommages matériels,
  • vérifier la présence d’éventuelles malfaçons et anomalies,
  • déterminer les coûts du préjudice moral subi,
  • trouver les causes précises de l’accident ou du sinistre,
  • estimer la valeur des biens à garantir,
  • agir à la demande d’un client sur les lieux d’un sinistre,
  • déterminer les responsabilités,
  • établir un rapport détaillé de ses observations.

Formation

Pour devenir expert en droit des assurances, il faut être titulaire d’un niveau bac +2 au minimum.

Voici les différents cursus en envisageables :

  • Niveau bac +2
  • BTS assurance
  • DEUST commercialisation des produits financiers option banque et assurance
  • Diplôme d’expert automobile pour une expertise spécialisée dans l’automobile

2- Niveau bac +3

  • Licence professionnelle dans le domaine de la banque et de l’assurance

3- Niveau bac +5

  • Master professionnel finance spécialité gestion des risques en finance et en assurance
  • Master professionnel monnaie, banque, finance et assurance spécialité gestion du risque en finance et assurance
  • Diplôme d’Études Supérieures Comptables et Financières

Qualités requises de l’expert des assurances

Sur le terrain, l’expert d’assurances doit faire preuve de rigueur pour mener à bien ses investigations et déterminer précisément les circonstances du sinistre. Sens de l’observation et capacité d’analyse sont par ailleurs inhérentes à la bonne pratique de cette profession. En échangeant avec les familles des sinistrés, il ne doit pas manquer de montrer sa courtoisie et sa diplomatie pour pouvoir recueillir le plus d’informations possibles. Ses compétences techniques, et sa capacité d’expertise vont lui permettre d’asseoir son autorité et ses conclusions dans le cadre d’un dossier. D’autre part, il doit être capable de rédiger des rapports d’expertise clairs et précis et peut même s’occuper des affaires des droits de succession d’assurance vie.

Cadre de travail

Il peut exercer dans le cadre d’un cabinet d’expertise ou d’une compagnie d’assurance, ce qui signifie qu’il peut être embauché comme salarié. La pratique libérale est également envisageable. Mais dans ce cas, il sera mandaté par des clients qu’il aura démarchés et fidélisés.