La complexité du droit fiscal nous conduit à la recherche de consultation d’un avocat fiscaliste.  En consultant la fiche métier de l’avocat fiscaliste, on a pu relever toutes les informations nécessaires concernant ce travail. Il s’agit d’un un job d’avenir, selon le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half visant à soutenir les sociétés dans le domaine fiscal, contentieux et juridique.

Rôle de l’avocat fiscaliste

Son rôle principal est de conseiller une entreprise sur le projet que celle-ci envisage effectuer comme l’implantation à l’étranger, la fusion, l’acquisition, l’investissement imprévu, etc. Sa contribution est déterminante aux montages financiers ces projets et peut même en prévoir à l’avance les conséquences fiscales. D’après la fiche métier, il lui revient aussi de trouver l’option fiscale la plus adaptée à ses clients. En considérant toutes les possibilités, l’avocat fiscaliste choisit un régime fiscal adapté afin que la société puisse payer moins d’impôts tout en respectant la législation en vigueur. Dans le cadre d’un contrôle, c’est à cet expert de défendre les intérêts de l’entreprise et de justifier les choix fiscaux adoptés vis-à-vis de la loi. Un avocat fiscaliste peut travailler en tant qu’indépendant. Ses horaires dépendront alors des projets que ses clients lui confient. C’est donc possible qu’il soit obligé de travailler continuellement jusqu’à l’achèvement du projet. Il peut aussi appartenir à un cabinet dans lequel il travaille généralement 8 heures par jour, ou même plus, lorsque la situation l’exige.

Compétences et études de l’avocat fiscaliste

L’accès au métier de l’avocat fiscaliste nécessite d’abord un master en droit fiscal. La formation peut par ailleurs être complétée par leur formation en poursuivant des études en commerce (option fiscalité) afin de maximiser ses chances de recrutement. Mais quoi qu’il en soit l’avocat fiscaliste ne peut exercer que s’il obtient un CAPA. Il est aussi censé intervenir dans tous les domaines se rapportant à la fiscalité comme la fiscalité assurance vie sans hésitation. Pour pouvoir exercer en tant que conseiller fiscaliste, il importe de disposer des connaissances solides en finance, en comptabilité et en droit. Le métier requiert également des compétences en langues étrangères.

Salaire d’avocat fiscaliste

Cette profession est également très rémunératrice. Un avocat fiscaliste peut percevoir un salaire annuel brut moyen d’environ 70 000 euros. Les horaires sont très changeants, ce qui amène parfois à travailler au-delà des heures et des journées de travail normaux. Il est toutefois impératif d’être efficace afin de maintenir sa clientèle.